Installer du chauffage électrique dans votre logement neuf ?

Partagez cette page

RT2012 : la norme en vigueur jusqu’à la prochaine RT2020

Le secteur du bâtiment est responsable d’environ 40% du besoin en énergie en France, devant les transports et l’industrie. Il est également responsable de près de 25% des émissions de gaz à effet de serre. C’est donc un secteur clé pour agir et réduire la demande en énergie et l’émission de gaz polluants à effet de serre.

La réglementation thermique RT2012 est le fruit du Grenelle de l’environnement. C’est la réglementation en vigueur jusqu’en 2020. Son objectif est double :

  • favoriser l’introduction des énergies renouvelables : la contribution des énergies renouvelables pour chauffer le logement doit être supérieure à 5 kWhEP/m²/an. Il faut une énergie renouvelable pour le chauffage ou l’eau chaude sanitaire.
  • réduire la consommation d’énergie primaire des bâtiments à 50-65 kWhEP (équivalent pétrole) par m2 par an en construisant des bâtiments basse consommation (BBC).

La réglementation thermique 2020 va encore au delà en réunissant un ensemble de normes visant à construire des bâtiments à énergie positive et des maisons passives.

rt 2012 cep max

Etape 1 : faire réaliser une étude thermique et fournir une attestation

En tant que maître d’ouvrage, afin de pouvoir lancer les travaux de construction de votre logement, vous devez obtenir un permis de construire.

Pour obtenir ce permis, vous devez notamment faire réaliser une étude thermique RT2012 par un bureau d’étude spécialisé en thermique des bâtiments. Cette étude peut être réalisée à distance sur la base de vos plans. Elle abouti à une attestation de prise en compte de la réglementation thermique RT 2012 à joindre à votre demande de dépôt du permis de construire.

Ce dossier comporte 3 volets :

  • une attestation Bbio qui traduit le besoin en énergie de votre logement en comparaison avec le Bbiomax, c’est à dire la valeur maximale autorisée que vous ne devez pas dépasser. C’est le bureau d’étude thermique auquel vous ferez appel qui effectuera le calcul et vous conseillera pour l’optimiser.
  • l’utilisation d’au moins une énergie renouvelable.
  • le fait que vos surfaces vitrées sont au moins supérieurs à 1/6 de la surface habitable (SHAB) de votre habitation.

Le coefficient Bbio (besoin bioclimatique) caractérise l’impact de la conception bioclimatique sur la performance énergétique du bâtiment. Il privilégie l’optimisation des paramètres suivants :

  • isolation-déperditions du bâtiment (sols, murs, plafonds, vitrages),
  • orientation par rapport au soleil (apports solaires),
  • compacité du logement (donc moins de surfaces en contact avec l’extérieur) et sa mitoyenneté,
  • existence de volets performants,
  • données climatiques de la région (zone, altitude),
  • éclairage naturel,
  • l’inertie,
  • vos plans.

Le Bbio est le besoin cumulé en énergie pour les composantes dépendant du bâtiment, soit : le chauffage, la climatisation et l’éclairage non naturel. Cette valeur est calculée en fonction de plusieurs paramètres dont la localisation géographique, l’altitude, la typologie du bâtiment.

Si votre Bbio est < Bbiomax, vous obtiendrez l’attestation de prise en compte de la RT 2012 au dépôt du permis de construire.

Le chauffage électrique est-il conforme avec la RT 2012 ?

la RT2012 exige la maîtrise des énergies liées au chauffage, au refroidissement, à la production d’eau chaude. Le but étant de recourir au maximum aux énergies renouvelables, ces solutions sont bien sur privilégiées pour le chauffage comme pour la production d’eau chaude sanitaire. La norme privilégie donc le chauffe-eau solaire, les ballons thermodynamiques, les poêles / chaudières à bois ou à pellets.

Mais qu’en est-il du chauffage électrique ?

Il a beaucoup de difficultés à se conformer à cette norme, ce qui est d’ailleurs le but recherché par les instigateurs de cette loi. Placer des radiateurs électriques dans le neuf n’est pas impossible mais très difficile.

  • La réglementation pénalise de façon automatique l’énergie électrique dans la mesure où elle attribue à cette dernière un coefficient de “pénalité” de 2.58 (énergie primaire). Le but ici est de prendre en compte l’ensemble des pertes sur le réseau depuis le lieu de fabrication de l’électricité jusqu’au lieu de consommation. En clair, si vous consommez 1kWh d’électricité dans votre logement, la norme considère qu’il s’agit en fait de 2.58kWh si c’est du chauffage électrique ! On s’étonnera qu’aucun coefficient ne pénalise le gaz ou le fioul !
  • Tous les radiateurs électriques ou presque sont vus comme égaux en termes d’efficacité.

Heureusement, la norme impose des exigences de résultats et non des exigences de moyens. Donc même si le chauffage électrique est très pénalisé, il n’est pas impossible à installer dans votre futur logement. Pour avoir une chance d’exister, votre projet doit être conçu, en amont, dans cette optique.

Le respect de facteurs clés concernant le bâti est essentiel pour avoir une chance d’y associer des radiateurs électriques (même performants) : forme de la façade, orientation de la façade, inclinaison du terrain, très bon niveau d’isolation, étanchéité à l’air, vmc très performante, éclairage naturel optimisé, menuiseries bien choisies pour limiter les déperditions. Votre production d’eau chaude sanitaire doit être associée également à une énergie renouvelable (ballon d’eau chaude thermodynamique ou panneaux solaires thermiques). Enfin, votre zone géographique est un facteur pris en compte qui vous permettra ou non la pose de chauffage électrique dans votre maison neuve !

En conclusion, des radiateurs électriques à haute performance (comme les radiateurs infrarouges rayonnants haut de gamme) positionnés en tandem (par exemple) avec une source d’énergie renouvelable (panneaux solaires photovoltaïques) et un bâti performant en termes de déperditions énergétiques, rempli les conditions de la RT2012.

Au final l’indice de consommation CEP  (coefficient de consommation d’énergie primaire du bâtiment) ne doit pas excéder le CEP max de 50 à 65 kwhep/m2/an (selon les régions) = chauffage + production d’eau chaude sanitaire + éclairage + auxiliaires type VMC ou pompes + éventuellement climatisation. Cet indice est modulé en fonction de plusieurs facteurs dont la localisation géographique, l’altitude, les émissions de gaz à effet de serre des équipements, la surface du bâtiment et son usage (habitation, pro, etc.).

Si votre projet est d’installer du chauffage électrique à haute performance, préparez vos arguments car les bureaux d’étude sont bien souvent focalisés sur des solutions toutes faites comme les PAC (pompes à chaleur) qui font le plus souvent exploser le budget global du projet, avec un niveau de confort parfois discutable.

A noter, l’unité de production d’eau chaude doit être située dans une pièce chauffée (donc pas dans une cave ou un cellier).

Le confort d’été ou Tic

rt 2012 coefficients

Dernier paramètre de la RT 2012, la température la plus chaude atteinte dans les locaux (indice Tic) au cours d’une séquence de 5 jours très chauds d’été. Ce coefficient, dépendant de la localisation géographique et du type d’occupation, ne doit pas dépasser un maximum. Il vise à limiter l’utilisation des climatisations et à limiter le rayonnement solaire en été par des solutions bioclimatiques.

Etape de fin de travaux : les attestations

A la fin de vos travaux, vous devez :

  • faire valider sa conformité à la RT 2012 qui se matérialise par une attestation qui valide le respect de la norme et regroupe les documents (calcul Bbio, CEP, TIC).  Un contrôleur indépendant devra vérifier l’exactitude de votre projet, sur la base des éléments de calcul fournis en amont par le bureau d’étude thermique. Comptez environ 300€ (dépend de la surface) pour obtenir l’ensemble des documents par un bureau d’étude thermique.
  • effectuer un test d’étanchéité à l’air
  • produire un DPE (diagnostic de performance énergétique) pour le neuf

La réglementation RT 2020 va encore plus loin

La réglementation RT 2020 va encore plus loin que la RT 2012 :

  • en visant la suppression du gaspillage énergétique sur un périmètre plus large que la RT 2012. Périmètre : chauffage, refroidissement, production d’eau chaude sanitaire, éclairage, auxiliaires, appareils électroménagers, effets du carbone de la construction, empreinte environnementale.
  • en produisant des logements qui génèrent plus d’énergie qu’ils n’en consomment.
Radiateur miroir chauffant

Voir le Catalogue 2019

radiateur-tableau-personnalisable

Fournissez le décor de votre choix

FOX10

Résumé
Chauffage électrique et construction neuve RT2012
Titre de l'article
Chauffage électrique et construction neuve RT2012
Description
Installer du chauffage électrique dans votre logement neuf ?
Auteur
Foxof
Foxof
Meilleures innovations pour l’habitat